Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 12:23

 

 وزير المالية التونسي يستبق قرار الجبالي ويعلن استقالته قبل إقالته  لسبب وجود صفقة مالية وراء عملية تسليم البغدادي المحمودي و رفضه لإقالة محافظ البنك المركزي السابق مصطفى كمال النابلي

dimassi

تونس - اعلن وزير المالية التونسي حسين الديماسي (64 عاما) استقالته الجمعة ليصبح ثاني وزير يستقيل من حكومة حمادي الجبالي بعد وزير الاصلاح الاداري محمد عبو كما صرح المستشار الاعلامي لرئيس الحكومة.

وقال الديماسي اناستقالته من منصبه بسبب "تصاعد التباين بينه وبين أغلب أعضاء الحكومة بخصوص السياسات المالية".

وأضاف في بيان صحافي "بينما كنت متشبثا كل التشبث بسلامة المالية العمومية دفع أغلب أعضاء الحكومة في اتجاه منهج سياسي انتخابي نتج عنه تصاعد فادح ومفاجىء في نفقات الدولة مقارنة بمواردها".

وأوضح "في حين كان من الاجدر تكريس استحقاقات الثورة عبر العناية بالفئات المتواضعة ودعم قدرتها الشرائية واحداث أقصى ما يمكن من مواطن الشغل اللائقة والمنتجة وتنمية المناطق المهمشة الداخلية وانعاش الاقتصاد مع المحافظة في ذات الوقت على توازنات المالية العمومية، تعددت الانزلاقات التي تهدف بالأساس إلى كسب ود مختلف الفئات الاجتماعية في الانتخابات المقبلة على غرار بلوغ نفقات الدعم مستويات مهولة".

وتعتبر استقالة الديماسي الثانية في غضون أقل من شهر، وتأتي في ظل تزايد الحديث عن تعديل وزاري في الحكومة التونسية سيُعلن عنه قريبا.

وكانت أنباء ترددت في وقت سابق حول إمكانية استغناء الجبالي عن الديماسي لسببين اثنين أولهما تلميحه في تصريحات تلفزيونية إلى وجود صفقة مالية وراء عملية تسليم البغدادي المحمودي آخر رئيس وزراء في عهد العقيد الليبي الراحل معمر القذافي إلى السلطات الليبية، ما أحرج الحكومة التونسية التي سارعت إلى نفي وجود أي صفقة.

أما السبب الثاني، فيعود إلى مجاهرة حسين الديماسي برفضه لإقالة محافظ البنك المركزي السابق مصطفى كمال النابلي الذي أقيل من منصبه في التاسع عشر من الشهر الجاري، ما يعني ان الديماسي استبق باستقالته إمكانية الاستغناء عنه.

وكان محمد عبو الوزير المكلف بالإصلاح الإداري في الحكومة التونسية المؤقتة قد استقال من منصبه، في نهاية يونيو/ حزيران الماضي، وذلك في خطوة توقع المراقبون أن تُساهم في توسيع تصدع الإئتلاف الحاكم في تونس.

وأرجع عبو سبب الإستقالة إلى ما وصفه بـ الفشل في توسيع صلاحياته كوزير، حيث أصبح مكبلا وغير قادر على القيام بالإصلاحات الضرورية في الوظيفة العامة وعلى فتح العديد من ملفات الفساد.

وكانت انباء سابقة ترددت حول نية حكومة النهضة اجراء تعديل وزاري اثر تجاوزات بعض الوزراء وافراد من عائلاتهم التي اثارت سخط الراي العام ما ذكرهم بسطوة عائلة الطرابلسي ايام حكم بن علي.

وتزداد اخطاء وزراء النهضة يوما بعد اخر فبعد فضيحة تسريب امتحان البكالوريا تدخل وزير التربية لبعض اقاربه من اعادة كامل مواد امتحان البكالوريا في الدورة الثانية على نحو يتعارض مع القانون الذي لا يسمح الا اعادة بعض المواد.

اما نجل وزير الصناعة فقد قام بتعنيف طالبة داخل الحرم الجامعي على الرغم من انه لا ينتسب للجامعة، ولم ينل على هذا التجاوز سوى اربعة اشهر سجنا مع تاجيل التنفيذ رغم الحاقه اضرارا جسدية ومعنوية بالطالبة الضحية.

ولم يتوقف عند ذلك الحد فلقد استعمل سيارة حكومية تابعة لوزارة الصناعة لاغراض شخصية انتهت بحادث في مدينة قفصة فجر فضيحة اخرىتناولها التونسيون في مواقع الاتصال الاجتماعي بكثير من السخرية.

واذا اضفنا عجز الحكومة عن تحقيق ادنى مطالب الثورة وهي الاستقرار الامني وهامش الحرية وتوفير مواطن الشغل، تزداد الثقة في اعضاء حكومة الجبالي اهتزازا قد يؤثر على سير الانتخابات القادمة التي انهمكت النهضة في الهندسة الى نجاحها منذ الان.

وتوجه بعض الاطراف السياسية المعارضة اتهامات لامين عام حركة النهضة الغنوشي بوقوفه وراء قرارات الحكومة وتوجهاتها السياسية.

middleeast

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 12:15

 

 2012   الجمعة, 27 جويلية 

 

GARDIMA.jpg

 

عمد أمس عدد من الأنصار المحسوبين على التيار السلفي بغلق الطريق على مستوى حى الزهور بمدينة غار الدماء من ولاية جندوبة وبحرق العجلات المطاطية .
وياتي هذا الإجراء على خلفية المناوشات التي جدت في الليلة الفاصلة بين الأربعاء والخميس بين عدد من أنصار النهضة وبعض السلفيين حول كيفية أداء الصلاة الى درجة تم فيها استعمال الأسلحة البيضاء مما انجر عنه جرح 4 أشخاص.

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 17:28

Mustapha-Kamel-Nabli.jpg

 

Finalement, et comme il fallait malheureusement s’y attendre, l'Assemblée nationale constituante (ANC) a approuvé hier soir le renvoi du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), décision prise le 27 juin par le président provisoire Moncef Marzouki et approuvée par le gouvernement, lui aussi provisoire, mais que l'ANC devait valider.

Après un long débat houleux, le renvoi du chef de la BCT Mustapha Kamel Nabli a été soutenu par 110 voix pour, 62 contre et 10 abstentions. Lors de son audition à l'ANC, Mustapha Kamel Nabli a dénoncé son limogeage comme une décision politique.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des affaires économiques Ridha Saïdi a motivé mardi soir ce limogeage par le manque d'harmonisation et de coordination entre le gouvernement et la Banque centrale et l'absence de confiance entre les deux parties.

Il a aussi pointé du doigt les retards de la réforme bancaire, une perte de valeur du dinar tunisien, la baisse des réserves en devises et le retard du recouvrement des biens mal acquis par les proches du président déchu.

Les arguments sur mon limogeage sont erronés (...) contraires à la réalité (...) fondés sur des rumeurs, a rétorqué hier le gouverneur de la BCT. « Si une partie de ces justifications était réelle j'aurais présenté ma démission depuis longtemps », a-t-il avancé.

Les raisons sont plutôt de nature politique, le but est une domination partisane étroite sur les institutions du pays, a-t-il lancé devant les élus de l'ANC, une accusation qui vise la coalition au gouvernement dominé par le parti islamiste Ennahda et ses deux alliés de gauche: Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR).

Est ce qu'on veut un retour au régime et au discours totalitaire?, a martelé le gouverneur, en poste depuis janvier 2011 et la révolution qui a renversé le régime du président Ben Ali. Ajoutant que les véritables causes de son limogeage, sont « politiques et en totale contradiction avec l'indépendance de la BCT décidée par l'ANC ».

Il a également fait savoir, au cours d'une séance plénière de l'ANC tenue hier soir au palais du Bardo, et consacrée à l'examen de la décision du président de la République provisoire relative à son limogeage que cette décision « vise à placer sous une emprise partisane l'institution nationale chargée de la politique monétaire et du contrôle du secteur bancaire ».

Mustapha Kamel Nabli devrait être remplacé par Chedly Ayari, 79 ans, un docteur en économie qui a été ministre du Plan à l'époque du père de l'indépendance Habib Bourguiba. Il a ensuite occupé des fonctions dans la diplomatie et été sénateur sous Ben Ali. Mustapha Kamel Nabli est réputé être un défenseur invétéré de l'indépendance de la BCT et un opposant au recours à la planche à billets.

tunisiait

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 01:45

 

 

interview explosive de Mezri haddad sur Jawhara FM : " En moins de deux ans, les islamistes ont ramené la Tunisie 50 ans en arrière. M.Haddad  définie la visite du président provisoire Moncef Marzouki à l'Elysée de « visite clownesque » "

 

C’est la Tunisie qui a allumé le feu de la discorde dans le monde arabe.

Le printemps arabe n’a pas commencé en Tunisie en 2011, mais en Irak en 2003.

 

Très forte déclaration du philosophe et ancien Ambassadeur de la Tunisie auprès de l’UNESCO, sur les ondes de la radio tunisienne Jawhara FM, dans l’émission « A la Page ». Invité pour commenter les derniers attentats survenus aujourd’hui à Damas, Mezri Haddad a déclaré : « J’espère que ça va être la fin de tous les traitres et des vendus, et non pas la fin du régime Syrien. Certaines chaines arabes jouent un rôle abject dans la désinformation générale.  J’ai confiance en le régime Syrien et en son peuple héroïque ». Il a violemment critiqué le Qatar d’être derrière ces attentats avec la complicité des Emirats arabes unis et de l’Arabie Saoudite en ajoutant : « En tant que Tunisien, j’éprouve de la tristesse, de la honte et de la culpabilité, car c’est de la Tunisie qu’est parti le feu de la discorde et de l’anarchie dans le monde arabe…Ce sinistre printemps arabe n’est que l’exécution du projet de Grand Moyen Orient, tracé par Georges W.Buch ».

Concernant l’actualité tunisienne, Mezri Hadad définie la visite du président provisoire à l'Elysée de « visite clownesque » et dénie à Moncef Marzouki toute légitimité à représenter la Tunisie. « Marzouki n’a de légitimité que de son maître Rached Ghannouchi ». Il a ajouté qu’en moins de deux ans, les islamistes ont ramené la Tunisie 50 ans en arrière : « L’avenir de la Tunisie, l’avenir de la jeunesse, l’avenir de la femme, l’avenir des honnêtes gens est entre les mains d’un ramassis de renégats et de commerçants de l’islam » a-t-il conclu en ajoutant que « La Tunisie renaîtra de ses cendres ». 

 

 

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 21:54

 

Censure--1-.jpg

 

Entre le cas de la cinéaste Nadia el-Fani et celui de l’actrice Rym el-Banna, ainsi que le mannequin Raafa Ayadinous sommes passés des intimidations à la violence physique. Dans peu de temps, on arrivera aux liquidations et aux égorgements selon la bonne vieille méthode du GIA en Algérie et des talibans en Afghanistan. Sauf que dans le cas de l’Algérie, il y a eu une police nationale et une armée patriotique à affronter les barbares du FIS et du GIA. En Tunisie, l’armée est la protectrice d’Ennahda et la police n’est plus au service du peuple mais aux côtés des islamistes. Et pour cause : depuis le 23 octobre 2011, dans le secret le plus total, les islamistes ont mené une purge au sein du ministère de l’Intérieur au  prétexte mensonger de nettoyer cette institution républicaine des rcédistes et des bénalistes. C’est faux.

Résolu à ne plus jamais lâcher le pouvoir quoiqu’il arrive, les islamistes se donnent tous les moyens pour se maintenir au pouvoir quel qu’en soit le prix. Tous les gouverneurs ont été remplacés par des islamistes. Plusieurs hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont été mis à la retraite. D’autres sont en prison. En une année, plusieurs centaines de nouveaux cadres et agents ont été recruté. Beaucoup d’autres ont été recyclé et envoyé pour formation, non pas dans les grandes écoles de la police française ou européenne, mais au Qatar, le pays des droits de l’homme et de la démocratie islamiste.

C’est cette nouvelle police formée à la répression du vice et à la défense de la vertu qui a récemment humilié et violenté Rym el-Banna, ainsi que Zakaria Bouguerra et Aziz Amami. Cela s’est passé dans la soirée du samedi 30 juin dans l’avenue Habib Bourguiba dont on dit qu’elle va bientôt s’appeler avenue Salah Ben Youssef. Selon la déclaration de Rym el-Banna sur la radio tunisienne Shems FM, «Elle était à bord de sa voiture accompagnée de deux amis sur l'avenue Habib Bourguiba quand des patrouilles "Isuzu" ont débarqué et ont commencé à tabasser les gens présents sur l'avenue en hurlant "Rentrez chez vous". Un policier a ouvert la portière, lui a donné un coup de poing et l'a insulté». La radio précise que «Rym El Banna et ses amis ont été arrêtés durant une heure au ministère de l'Intérieur puis ont été relâchés». A posteriori, c’est la tenue vestimentaire de cette actrice qui a irrité cette nouvelle police endoctrinée par le wahhabisme qatari.   

Ces agressions ont continué avec le cas du mannequin et professeur d’anglais Raafa Ayadi, qui a été agressé et brutalisé par la nouvelle police tunisienne le vendredi 6 juillet. Nous reproduisons ici le témoignage qu’elle a publié sur son profil facebook et que la plupart des journaux et des sites d’informations tunisiens n’ont pas jugé utile de reprendre.

 « A ma sortie, en taxi, j'ai été arrêtée par les flics qui m'ont demandé ma CIN. Ils ont mis du temps à me la rendre alors j'ai demandé au flic la raison pour laquelle il m'a demandé ma carte, ce qui l'a dérangé et a commencé à me parler sur un autre ton. Il y avait d'un coup 4 flics qui criaient et qui ont demandé au taxi d'arrêter le moteur car je n'allais pas rentrer. Quelques minutes après, ils ont décidé de m'emmener au poste. Ils m'ont demandé de monter dans leur partner. J'ai refusé. Ils ont demandé au taxi de les suivre.
A l'arrivée au poste des Jardins de Carthage, il y avait d'autres flics qui m'attendaient comme s'ils avaient capturé un criminel. Ils m'ont demandé d'entrer au poste. J'ai refusé en disant que ma tenue de soirée ne me permettait pas de le faire. J'ai demandé si je pouvais aller me changer et revenir, qu'ils gardent ma CIN. Ils ont forcé la porte du taxi pour me faire descendre. Là j'ai cédé.
Je leur ai alors dit que « 3ib » ce qu'ils faisaient et que je ne leur ai rien fait ni dit et qu'ils avaient ma carte, qu'ils fassent le nécessaire. Ils m'ont répondu que j'ai eu un accrochage avec un flic et que « howa cheki bya » et qu'il faut que yekthou a9weli !!
Le plus agressif d'entre eux, qui a forcé la porte m'a traité indirectement de trainée, et que mé yetcharafech et que s'il avait une sœur habillée kim ena rahou 7ra9ha wala 9talha!!!
Dès que je sois entrée au poste avec le chauffeur du taxi auquel j'ai demandé de m'accompagner, le langage a changé: d'un coup, ils ont commencé à crier, à m'insulter, trabrib wiklem zeyed, et à vouloir me frapper. Ils m'ont agressé, emmenée dans une pièce et menottée!!! L'un d'eux est arrivé, a cassé une chaise, m'a encore insulté et traité de tous les noms puis parti!
Comme koi je suis ivre, 3amlouli ma7ther. Ils étaient 5 dans la pièce, et tous m'accusaient de sokrana, cherba, 7okmetelha il bal3a, bien que j'aie nié avoir bu! Ils m'ont fait signer un truc que je n'ai pas pu lire et m'ont dit "xxx fih"!
J'ai eu la peur de ma vie!

Nous sommes en train de subir une campagne de terreur qui vise à obliger les gens à ne plus boire, à ne plus mettre d'habits osés, à ne plus veiller pour finir par ne plus sortir... Leur seul discours était l'alcool! Leur programme est en marche et les flics sont mille fois pire ».

Non, les flics sont encore très gentils et respectueux des libertés individuelles. Le pire est encore devant nous. Merci les révolutionnaires et vive la révolution du jasmin.

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 15:57

 

YASE ARAFAT

 

Al-Jazeera n’est pas une télévision d’information mais un outil de propagande islamiste au service d’une monarchie réactionnaire, vendue aux Etats-Unis, à la Grande Bretagne et à Israël. Jusqu’à la « révolution du jasmin », que les services de renseignements américains ont fait faire aux jeunes tunisiens, Al-Jazeera passait pour une télévision libre, indépendante et sensible aux causes arabes. C’est à partir de l’invasion de la Libye que la chaîne de Hamad et Moza a révélé son véritable visage : désinformation, manipulation, diversion, faux témoignages, fabrication de scènes de guerre, reportages fictifs…Tout a été mis en œuvre pour enflammer les peuples tunisien, égyptien et yéménite. Tout a été mis en œuvre pour couvrir d’une cire morale l’invasion armée de la Libye qui a fait près de 150 000 morts et la destruction du régime Kaddafi. Tout est encore mis en œuvre pour anéantir la Syrie, dernière ligne de défense de l’honneur arabe contre l’alliance islamo-sioniste.

 

Seulement voilà, depuis près d’une année, l’opinion publique arabe a fini par découvrir ce rôle abject qu’AlJazeera a joué dans le fameux « printemps arabe » qui a tourné au cauchemar islamiste conformément à l’agenda américain. D’où la haine que vouent les Tunisiens, les Algériens, les Egyptiens et les Syriens à cette chaîne de propagande islamo-impérialiste. Conscients de la perte totale de toute crédibilité, les stratèges anglais et américains de cette chaîne essayent depuis peu de restaurer l’image d’une Al-Jazeera fidèle aux causes arabes et à la liberté des peuples. Ils veulent ainsi jouer à nouveau sur la fibre de l’opinion publique arabe pour pouvoir continuer leur sale besogne en Syrie avant de passer à l’Algérie et à l’Iran.

 

C’est dans cette stratégie de reconquête de l’opinion arabe qu’il fait décrypter l’affaire Yasser Arafat. Comme quoi, Al-Jazeera cherche toujours  la vérité et défend la cause palestinienne dont on parle d’ailleurs de moins en moins depuis le « printemps arabe » ! Il faut rappeler ici que de son vivant, Arafat a subi les pires critiques et les pires calomnies de cette chaîne réactionnaire et sioniste. Tout le temps, l’OLP était discréditée au profit du Hamas. Plus grave et plus machiavélique encore, Al-Jazeera n’hésite pas à sacrifier ses propres correspondants pour redorer son blason. Tel fut le cas de Tayçir Allouni. De même qu’en 2003, lors de l’invasion de l’Irak, le bombardement des locaux d’Al-Jazeera à Baghdad a été décidé en concertation avec l’émir du Qatar et de son premier ministre. Comme l’avaient révélé la presse anglaise à l’époque, Waddah Kanfar, le directeur d’Al-Jazeera savait que l’aviation américaine allait bombarder les locaux de cette chaîne mais il n’a rien fait pour alerter ceux qui y travaillaient. Le correspondant de cette chaîne, Tarek Ayoub, y a laissé la vie. Le but de cette opération a été atteint puisque le Qatar, d’où partaient les bombardiers américains pour massacrer la population irakienne, est sorti « victime » de cette « agression » américaine.

 

Aujourd’hui, Al-Jazeera ressort le dossier de la mort de Yasser Arafat, décédé le 11 novembre 2004 à Paris, et affirme que la cause de cette mort est du polonium retrouvé dans les affaires de l’ancien président de l’Autorité palestinienne. Un secret de polichinelle car tout le monde savait que la maladie subite d’Arafat et la dégradation rapide de sa santé n’était pas du tout le fruit du hasard. Si Arafat est mort assassiné, la question serait alors la suivante : à qui profite le crime ? Cette disparition profitait exclusivement à Israël et au Qatar, l’allié stratégique du Hamas et des mouvements islamistes en général. Comme les relations entre le Qatar et Israël ne sont plus un secret pour personne, il ne reste alors plus aucun doute sur les ordonnateurs de l’élimination du chef historique de la résistance palestinienne.

 

Synchronie parfaite : dès qu’Al-Jazeera a « révélée cette grande affaire », c’est le ministre « tunisien » Rafik Abdessalem Bouchlakha, que le Qatar a chargé des Affaires étrangères tunisiennes, qui a réclamé sur la radio tunisienne Mosaïque FM une « réunion d’urgence de la Ligue arabe et une enquête internationale ». Rafik Bouchlakha, gendre de Rached GHannouchi et ancien salarié d’Al-Jazeera est ainsi chargé de mettre en musique diplomatique une affaire qui remonte à 2004 et que le Qatar cherche à exploiter aujourd’hui pour faire oublier à l’opinion arabe tous les crimes dont cet émirat voyou est responsable en Irak, en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen et en Syrie.                           

 

 

 

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 17:17

 

حكومة النهضة تدعو الى عقد اجتماع طارئ لجامعة الدول العربية واجراء تحقيق دولي حول فرضية اغتيال عرفات بالسم.

 

YASE ARAFAT

تونس - دعا وزير الخارجية التونسي رفيق عبد السلام الخميس الى عقد اجتماع طارئ لجامعة الدول العربية

والى اجراء تحقيق دولي بعد المعلومات التي كشفتها قناة الجزيرة حول وفاة الرئيس الفلسطيني ياسر عرفات واعادت فيها احياء فرضية اغتياله.

وصرح عبد السلام لاذاعة موزاييك اف ام الخاصة "ندعو الى اجتماع طارئ لوزراء خارجية دول الجامعة العربية كما ندعو الى تشكيل لجنة دولية للتحقيق في ظروف وفاة الرئيس (الفلسطيني ياسر) عرفات".

واضاف بعد لقاء مع الرئيس التونسي المنصف المرزوقي "اننا مدينون لهذا الرجل العظيم الذي كان له تاثير كبير على مسار المقاومة الوطنية الفلسطينية".

وتقيم حكومة النهضة التونسية علاقات واسعة مع قطر التي تمول وتحتضن قناة الجزيرة.

وافادت قناة الجزيرة في شريط وثائقي بثته الثلاثاء ان خبراء معهد "رادييشين فيزيكس" في لوزان الذي حلل عينات بيولوجية اخذت من بعض اغراض عرفات، سلمتها ارملته سهى الى المستشفى العسكري في بيرسي جنوب باريس حيث توفي، عثروا على "كمية غير طبيعية من مادة البولونيوم".

وتعتبر البولونيم مادة شديدة الاشعاع قضى بها الجاسوس الروسي السابق الكسندر ليفتنكو التي تحول الى معارض للرئيس فلاديمير بوتين، بعد ان تعرض للتسميم بها في لندن سنة 2006.

وابدت القيادة الفلسطينية عقب نشر التقرير استعدادها لتقديم اي مساعدة ممكنة للتحقيق، وموافقتها على اخذ عينات من رفات عرفات، بشرط موافقة اسرته.

والخميس، اجاز مفتي عام القدس والاراضي الفلسطينية الشيخ محمد حسين نبش رفات عرفات بغرض التحقيق في اسباب وفاته.

وقال المفتي "اذا كان هناك سبب لاستخراج جثة اي شخص او شهيد بغرض الفحص والتحقيق في اسباب الوفاة، فانه لا مانع من ذلك".

وذكر المفتي، الذي يشغل رئيس مجلس الافتاء الفلسطيني الاعلى، بانه سبق له وان اجاز نبش "جثة فلسطيني شهيد" بغرض التحقيق في الاسباب الحقيقية وراء وفاته.

واشار المتخصصون الذين اجروا الفحص على ملابس عرفات في احد مختبرات سويسرا، الى ان فحص عينات من رفات عرفات قد يسهم في تعزيز معرفة اسباب وفاته، رغم مرور ثمانية سنوات على الوفاة.

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 13:54

 

 

Le professeur Charvin « Le livre de Mezri Haddad est impressionnant à tout point de vue et le monde occidental n'a pour boussole idéologique que la calculette»

 

 

 

 

charvin.jpg


Interview exclusive du professeur Robert Charvin

Robert Charvin est un ancien avocat, professeur émérite de Nice et Doyen Honoraire de la Faculté de Droit. Communiste et ancien conseiller général des Alpes-Maritimes, Robert Charvin est très connu pour son engagement dans différentes ONG en faveur du Tiers-monde. Il a été dans toutes les causes moralement nobles et juridiquement légitimes : La Palestine, l’Algérie, l’Irak, la Libye sous embargo, le Venezuela, Cuba, différents pays d’Afrique noire ainsi que la question de la réunification de la Corée.


Il est l’auteur d’une vingtaine de livres de référence, notamment «Justice et politique», éd. LGDJ, 1968 ; «Les relations internationales des Etats socialistes», éd.PUF, 1981 ; «Droits de l’homme et libertés de la personne», éd. Litec, 1994 ; «L’Investissement international et le droit au développement», éd. L’Harmattan, 2002 ; «Vers la post-démocratie», éd. Le Temps des Cerises, 2006. Nous l’interrogeons en sa qualité de membre du Comité de défense des réfugiés libyens.

A la suite de l’affaire Baghdadi Mahmoudi, son avocat Marcel Ceccaldi vient de déclarer à l’AFP qu’ «il s’agit d’une extradition vers un Etat voyou de la part d’un gouvernement qui a des pratiques de voyous». Qu’en pensez-vous ?

Je comprends l'exaspération de Maître Ceccaldi. Mais, personnellement,je suis réticent lorsqu'on catégorise sans nuances les régimes politiques du Sud. On oublie trop souvent en Europe et aux États-Unis nos propres responsabilités qui sont fortes dans les relations internationales.
Lorsque les puissances occidentales ont leurs intérêts directement en jeu, elles s'ingèrent sans scrupules dans les affaires intérieures des pays plus faibles pour les «guider» sur le «bon chemin» ! Elles n'hésitent pas à donner des leçons de «morale» au monde entier et à s'autoproclamer défenseurs exclusifs des droits de l'homme. Lorsque leurs intérêts ne sont pas concernés, elles laissent faire et vont jusqu'à «couvrir», s'il s'agit d'un allié, toutes les violations de légalité et les pires atteintes aux libertés. On le constate tous les jours vis-à-vis d'Israël qui depuis un demi-siècle tend à liquider le peuple palestinien.

Dans l'affaire Baghdadi, diverses autorités saisies (l'Ambassade de France à Tunis où j'ai déposé moi-même un courrier, certains sénateurs contactés, etc.) n'ont pas cru devoir prendre en compte et faire suivre la demande d'asile. La France des droits de l'homme (qui était aussi celle de Sarkozy) est restée aveugle et muette. Celle de la social-démocratie n'a pas fait mieux, bien que le pays où le Dr Baghdadi a été «expédié» ne présente pas de garantie pour un procès équitable.
En fait, toutes les instances responsables (y compris tunisiennes évidemment) semblent avoir fait preuve d'une inertie plus ou moins délibérée pour se débarrasser d'un problème : le Dr Baghdadi a sûrement beaucoup à dire sur ce que veulent «oublier» la France, la Grande Bretagne, les États-Unis. L'Occident n'apprécie pas qu'on puisse le juger à son tour !

Vous êtes professeur de droit, avocat et ancien Doyen de l’Université de Nice, quel est votre lecture de ce dossier, du début de l’arrestation de M. Baghdadi jusqu’à son extradition récente ?

 

«Le monde occidental n'a pour

boussole idéologique que la calculette»

 

Je ne cesse de combattre en France depuis quarante ans les tares du système judiciaire français. Mais je suis toujours très réticent à porter des jugements sur des réalités étrangères que je connais moins. Mais je ne pense pas porter atteinte à la souveraineté de l’État tunisien en constatant, en tant que juriste, les faiblesses de certains avocats, et quelques anomalies dans le fonctionnement de la justice.

Je rappelle que le Dr Baghdadi, poursuivi pour «entrée illégale sur le territoire tunisien», et incarcéré à ce titre durant de longs mois, a été relaxé de ce fait mais maintenu (sans cause) en détention ! A la différence de centaines de milliers d'autres Libyens réfugiés sur le territoire tunisien, il était clairement un enjeu pour les nouvelles relations tuniso-libyennes. Les conditions étaient donc créées pour que, selon les opportunités, il puisse être livré (ou pas) au pays voisin qui, quelle que soit sa désorganisation et la confusion qui y règne (les représentants de la Cour Pénale Internationale y ont même été arrêtés et incarcérés!), représente un intérêt important (pays d'immigration tunisienne, pétrole, consommation de biens tunisiens, etc.).
Des défenseurs, plus ou moins compétents, se sont succédé dans la confusion. La justice s'est contredite. Le pouvoir politique a «flotté». Mais, il est indéniable qu'un tel traitement d'une affaire aussi significative peut être la source d'un discrédit international grave. Les jasmins sont-ils déjà fanés ?

 

Le président provisoire Moncef Marzouki affirme qu’il n’a pas signé l’acte d’extradition, mais certains observateurs tunisiens pensent que le conflit entre Hammadi Jebali et Moncef Marzouki n’est qu’un leurre. Quel est votre sentiment ?

J'ai immédiatement accepté de faire partie du Comité de solidarité avec les centaines de milliers de réfugiés libyens, présidé par Maître Bechir Essid, ancien Bâtonnier (qui a déjà été menacé dans son intégrité physique), pour une première raison majeure :
La France sarkozienne est largement responsable de la guerre de huit mois qui s'est produite en Libye, source de multiples victimes et de destructions. Avec l'OTAN, la France s'est autorisée à favoriser toutes les ingérences et à recourir à la force armée contre un pays qui ne mettait pas en cause ses intérêts et hors de toute légitime défense. La couverture onusienne a été extorquée : la résolution 1973 du Conseil de Sécurité a été outrageusement violée par une interprétation strictement politique. Être solidaire des victimes dont mon pays est responsable est pour moi une réaction élémentaire !

En second lieu, je suis juriste et je m'indigne qu'au nom d'une pseudo «morale» (proche de celle du XIX° siècle), les puissances occidentales s'octroient tous les droits dans le monde, déstabilisent les États, sont incapables ensuite de leur permettre de se réorganiser, et placent le droit international dans un coma profond !

 

« Il n'y a pas de «réveil» des peuples arabes:

ils n'étaient pas plus «endormis» que les autres peuples»

 

Y a-t-il encore un moyen juridique international pour sauver Baghdadi Mahmoudi de tortures probables et lui garantir un procès équitable ?

Avec un collectif de juristes tunisiens, nous avions saisi, il y a plusieurs mois, le Président Marzouki, qui a connu l'exil en France, et qui a été un actif militant des droits de l'homme, pour attirer son attention sur le cas du Dr Baghdadi, en le priant de ne pas prendre les mesures (qui sont de sa compétence) permettant son extradition. Aucune réponse ne nous est parvenue. Je ne connais pas la nature des relations entre la Présidence et le gouvernement et je ne peux savoir s'il y a eu conflit ou s'il s'agit, comme vous le dites, «d'un leurre».... Par contre, je crois savoir que, pour les Musulmans, le droit d'asile est un droit sacré ! L'Islam est-il ainsi instrumentalisé au gré des problèmes qui se posent à ceux qui en font une arme politique ?

En droit, un acte illicite est nul, ce qui est le cas de l'extradition du Dr Baghdadi. Mais je n'ai pas d'illusion sur ce point. La Cour Pénale Internationale, qui a compétence pour se substituer à la justice d'un État lorsqu'elle n'est pas fiable, est fondée à revendiquer le transfert du Dr Baghdadi à La Haye. Mais on sait que cette même juridiction rencontre des obstacles majeurs pour statuer sur le sort du fils de M. Kadhafi, actuellement détenu en Libye dans des conditions incertaines.
Aux côtés des avocats qui tenteront de lui assurer une défense équitable, où qu'il soit jugé, il y a l'opinion internationale. La nouvelle Libye a besoin d'être perçue par la communauté internationale comme un État de droit responsable. De plus, elle sait parfaitement que les ministres en Libye étaient plus des responsables administratifs que des dirigeants politiques : les partisans du nouveau régime l'ont eux-mêmes affirmé en dénonçant la dictature personnelle de Kadhafi et de son clan ! La condamnation arbitraire du Dr Baghdadi manifesterait d'une lourde contradiction dans le discours officiel et retirerait des arguments à ceux qui veulent restaurer le crédit international de la Libye.
Il faut aussi prendre en considération le million et demi de Libyens réfugiés à l'étranger, placés en état d'insécurité, par diverses dénonciations et commandos circulant dans les pays d'accueil. Quelle réconciliation possible si le Dr Baghdadi était condamné sans esprit de justice et si les réfugiés libyens continuaient à être menacés ?

 

«Le livre de Mezri Haddad

est impressionnant à tout point de vue»

 

Votre opinion sur le «printemps arabe» n’est pas celle de tout le monde, et c’est le moins qu’on puisse dire. Sur quoi vous basez-vous pour dire que ces révolutions ne sont que des conjurations téléguidées par certaines puissances occidentales pour déstabiliser des régimes «laïcs» et nationalistes et installer à leur place les islamistes ?

Je me base d’abord sur ma propre expérience politique et sur ma connaissance des relations internationales. Des «révolutions» suscitées par les Services américains, j’en ai bien connu dans ma vie, de l’Amérique Latine jusqu’aux anciens pays de l’URSS. J’ai également lu l’ouvrage de votre compatriote Mezri Haddad, La face cachée de la révolution tunisienne. Je l’ai trouvé tout à fait par hasard dans une librairie à Tunis lors d’un voyage que j’ai effectué dans le cadre de l’affaire Baghdadi. Ce livre est impressionnant à tout point de vue. Cet ancien ambassadeur à l’UNESCO est le premier à avoir compris les enjeux géopolitiques du « printemps arabe » et à avoir courageusement dénoncé ce retour en force de l’impérialisme et du néocolonialisme.

 

 

 

 

Ces «révolutions» arabes sont avant tout des soulèvements sous influence. Il n'y a pas de «réveil» des peuples arabes : ils n'étaient pas plus «endormis» que les autres peuples ! Les mouvements de libération nationale, le nassérisme, les différentes révoltes populaires, dans les années soixante-dix et quatre-vingt en Tunisie, par exemple, n'ont jamais cessé. Cette idée d' «endormissement» et de «réveil» est de nature néo-coloniale !

Ce qui est nouveau, c'est l'appui ambigu qu'ont trouvé des mouvements populaires légitimes (tous les peuples ont à se plaindre – à des degrés divers seulement – des injustices et des inégalités imposées par leur État), auprès de l'Occident, particulièrement auprès des États-Unis !

La complicité de l'armée égyptienne, par exemple, négociée avec les États-Unis qui la financent, antérieurement au soulèvement de la Place Tahir, le «feu vert» américain donné pour l'élimination des vieux dirigeants usés par le pouvoir et leur remplacement sans dommage pour les intérêts occidentaux, le compromis historique des États-Unis avec l'Islam politique, voilà les facteurs nouveaux qui expliquent la victoire de ces «révolutions» étrangement applaudies par toutes les puissances occidentales, et même par Bernard Henri- Lévy, sans parler du soutien des étranges «démocraties» que sont le Qatar et les Monarchies du Golfe ! C’est Monsieur Mezri Haddad qui a eu cette formule décapante et qui dénote cette surprenante alliance entre islamisme et impérialisme : «Allah est grand et BHL est son prophète».

Les vraies révolutionnaires, qui ont un authentique projet de changement radical des structures politiques et économiques, n'ont rien gagné ! On connaît les manœuvres destinées à éliminer de la course présidentielle égyptienne le candidat progressiste arrivé en troisième position ! Si ce n'est que les peuples arabes aujourd'hui ont moins de crainte qu'hier, ce qui peut être porteur pour l'avenir.

Il faut savoir que lorsque les Occidentaux applaudissent à un événement se produisant dans un État du Sud, c'est qu'il n'est pas favorable à son peuple ! Le monde occidental n'a pour boussole idéologique que la calculette : cet esprit de lucre et de rentabilité matérielle à court terme est le seul qui l'anime. S'en remettre à lui, comme d'ailleurs l'a fait Kadhafi dans la dernière période de son régime, c'est se condamner à moyen ou long terme !

 

 

Propos recueillis par O.B.D.

l'intégralité de l'article sur

Espace Manager


Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 10:11

 

L'argent a été empoché par Ennahda pour préparer les prochains attentats...

 

 

dollars-gannouchi.jpg

 

Tunisie secret a été le premier site d'information a annoncer que
Baghdadi Mahmoudi a été livré au gouvernement intégriste libyen contre
argent.

Une semaine après notre article, Le Point vient de le confirmer en avançant le montant de 100 millions de dollars.
Mais Le point ne dit pas encore ce que nous avons écrit et que nous réitérons, à savoir que c'est Rached Ghannouchi en personne qui décidé de livrer ce pauvre homme à ses tortionnaires, et que Moncef Marzouki n'était pas contre.

 

L'argent a été empoché par Ennahda, non pas pour financer la prochaine campagne électorale « pour cela, ils ont l'argent du Qatar » mais pour préparer les prochains attentats qui vont définitivement plonger la Tunisie dans le chaos.

 

La propagande islamiste parle d'1 million de barils de pétrole promis à la Tunisie en échange de l'extradition de Baghdadi. Comme quoi c'est par raison d'Etat que cet ancien premier ministre a été livré à ses tortionnaires et que c'est dans l'intérêt économique de la Tunisie.
C'est faux. Comme le révèle Le Point, il ne s'agit pas de pétrole mais d'argent.

  

Vive la « révolution du jasmin » qui a mis l'honneur et la dignité des tunisiens plus bas que terre !

 

baghdadi-mahmoudi-copie-1


lire aussi : La livraison de Baghdadi Mahmoudi a été décidée par Rached Ghannouchi en personne.


Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 10:03

 

« Tariq Ramadan, un plagiaire », est le titre d’un article qui vient d’être publié sur le blog « La pensée libre ». L’auteur de cet article accuse Tariq Ramadan d’avoir plagié le livre de l’intellectuel algéro-canadien Ahmed Bensaada, « Arabesque Américaine. Le rôle des Etats-Unis dans les révoltes de la rue arabe », éditions Michel Brûlé , Montréal 2011.

 

 

 

 

Comme tunisie-secret a été parmi les premiers sites d’information à évoquer le livre de Monsieur Ahmed Bensaada, nous avons jugé utile de reproduire l’article de « La pensée libre » pour provoquer le débat et faire toute la lumière sur cette accusation de plagiat. On ne sait pas s’il y a eu ou non plagiat, mais une chose est certaine : la chronologie.

En effet, le livre du physicien algéro-canadien est sorti en mai 2011, alors que celui de Tariq Ramadan, « L’islam et le réveil arabe » est sorti en novembre 2011, soit six mois après « Arabesque Américaine ». Entre ces deux ouvrages, il faut également rappeler le livre de Monsieur Mezri Haddad, « La face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque », éditions Arabesques, Tunis, 2011. Ce livre est d’abord sorti chez un éditeur tunisien début septembre 2011. Il a été réédité par la suite chez Apopsix en France, en janvier 2011.

 

Plus importante que cette affaire de plagiat qui reste à démontrer, il faut relever cette alliance objective entre le grand prêtre du sionisme, Bernard-Henri Lévy et le grand imam de l’islamisme new look, Tariq Ramadan. Tous les deux ont été, en effet, d’ardents défenseurs de l’invasion de la Libye par les forces atlantistes et par les jihadistes d’Al-Qaïda. De toute façon, depuis quelques mois, contrairement à Ahmed Bensaada, Tariq ramadan ne parle plus beaucoup de ce « printemps arabe » orchestré par les services américains. C’est que depuis janvier dernier, il dirige le « Centre de recherche pour la législation islamique et l’éthique » (CILE), basé à Doha ! Devenir salarié de Sheika Moza et de Sheikh Hamad, voilà un tournant remarquable dans la carrière de cet ex-pourfendeur du wahabisme et des monarchies du Golfe ! Ce centre a été inauguré  le 15 janvier 2012 à Doha en présence du couple « royal » et du grand pape de l’internationale islamiste, Youssef el-Qaradawi. Il ne manquait à cette cérémonie que le grand gladiateur de la cause islamique : Bernard-Henri Lévy ! Ce qui est bien dans ce tragique « printemps arabe », c’est qu’il a fait tomber les masques…tous les masques. Voici à présent l’article publié dans «  La pensée libre ».                

 


Le plagiat est une faute morale et commerciale (quand on en tire un profit financier) quand on ne cite pas ses sources et quand on ne fait pas référence aux auteurs et aux études dont on s'est inspiré pour son propre travail sans les citer ou d'omettre de mentionner qu'il y a des études qui abordent le même sujet.
Et bien, pour Tariq Ramadan, l'intellectuel musulman, l'idole d'une partie de la jeunesse et des musulmans français, à la recherche d'un modèle et d'une figure spirituelle et intellectuelle à laquelle ils peuvent s'identifier (comme si les Français d'origine maghrébine manquent d'intellectuels et de penseurs), cet intellectuel très médiatique, fut parmi les premiers à soutenir le printemps arabe et à l'encourager en postant des vidéos sur le youtube.


Et à ce titre on peut légitimement déclarer qu'il s'est comporté comme un activiste, s'impliquant dans le combat idéologique et politique et qu'il ne se limite plus dans le cadre de la pure spéculation abstraite et intellectuelle, et à ce titre il est comme BHL. La seule différence réside dans le poids financier qui permet au second de s'impliquer dans des guerres en mobilisant des avions, des bateaux, des films de propagande etc, tandis que le premier, se débrouille avec les moyens du bord, quoiqu'il ait quand même suffisamment de ressources financières pour diffuser ses dvd, livres, faire des conférences, entretenir un site, etc.

Tariq Ramadan a dès le début s'est enthousiasmé de ses révoltes arabes, et il a été invité dans les médias pour donner son opinion. Et puis, des voix très minoritaires à peine audibles ont tenté de mettre un bémol à la note jouée par la pensée unique, mais en vain. Certains faits et évènements ne pouvaient rester secrets et cachés indéfiniment, et sentant qu'il devait en toucher un mot s'il compte rester crédible auprès de son public, alors il s'est approprié lâchement le travail d'un auteur algérien Ahmed Bensaada, le premier qui a publié en mai 2011 un livre intitulé « Arabesque américaine : Le rôle des États-Unis dans les révoltes de la rue arabe », Éditions Michel Brûlé, Montréal (2011), Éditions Synergie, Alger (2012). Le Livre de Ramadan intitulé "L'islam et le réveil arabe" (le livre est sorti au mois du novembre 2011) où il met habilement l'islam au centre de ces bouleverements politiques et géostratégiques (lui même il procède à de la récupération et de détournement dans l'intérêt de son idéologie), il a eu une promotion médiatique d'envergure, alors que Ahmed Benssada reste un illustre anonyme.

 

Ce dernier y explique comment les Etats-Unis sont impliqués activement dans ces révoltes. Il a remarqué que l'utilisation des réseaux sociaux dans la "révolte" iranienne en 2009 et l'impact médiatique comparé aux évènements dramatiques à Gaza invitent à se poser des questions sur le rôles des réseaux sociaux relayés par les médias mainstream alros qu'il a eu un blackout autour des Gazaouis, d'autant plus que Hilary Clinton a demandé expressément à Twiter de retarder la maintence de son système informatique pour ne pas gêner les activistes iraniens. Une telle intervention du département d'Etat n'est évidement pas anodine et Twiter a obtempéré. C'est ainsi qu'il a commencé qu'il était déjà en cours d'enquête d'investigation quand le printemps arabe s'est enclenché et tout naturellement il s'y intéressé.


J'invite à lire l'article de Ahmed Bensaada, il est très intéressant
http://www.legrandsoir.info/le-printemps-birman.html
Entre temps, Tariq Ramadan à mis de l'eau dans son vin, et a commencé lui aussi à soutenir qu'il y a une récupération des révoltes de la rue arabe.

 

http://reflexionssurlemonde.blogspot.ca/2012/06/tariq-ramadan-un-plagiaire.html

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article