Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 21:54

 

Censure--1-.jpg

 

Entre le cas de la cinéaste Nadia el-Fani et celui de l’actrice Rym el-Banna, ainsi que le mannequin Raafa Ayadinous sommes passés des intimidations à la violence physique. Dans peu de temps, on arrivera aux liquidations et aux égorgements selon la bonne vieille méthode du GIA en Algérie et des talibans en Afghanistan. Sauf que dans le cas de l’Algérie, il y a eu une police nationale et une armée patriotique à affronter les barbares du FIS et du GIA. En Tunisie, l’armée est la protectrice d’Ennahda et la police n’est plus au service du peuple mais aux côtés des islamistes. Et pour cause : depuis le 23 octobre 2011, dans le secret le plus total, les islamistes ont mené une purge au sein du ministère de l’Intérieur au  prétexte mensonger de nettoyer cette institution républicaine des rcédistes et des bénalistes. C’est faux.

Résolu à ne plus jamais lâcher le pouvoir quoiqu’il arrive, les islamistes se donnent tous les moyens pour se maintenir au pouvoir quel qu’en soit le prix. Tous les gouverneurs ont été remplacés par des islamistes. Plusieurs hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont été mis à la retraite. D’autres sont en prison. En une année, plusieurs centaines de nouveaux cadres et agents ont été recruté. Beaucoup d’autres ont été recyclé et envoyé pour formation, non pas dans les grandes écoles de la police française ou européenne, mais au Qatar, le pays des droits de l’homme et de la démocratie islamiste.

C’est cette nouvelle police formée à la répression du vice et à la défense de la vertu qui a récemment humilié et violenté Rym el-Banna, ainsi que Zakaria Bouguerra et Aziz Amami. Cela s’est passé dans la soirée du samedi 30 juin dans l’avenue Habib Bourguiba dont on dit qu’elle va bientôt s’appeler avenue Salah Ben Youssef. Selon la déclaration de Rym el-Banna sur la radio tunisienne Shems FM, «Elle était à bord de sa voiture accompagnée de deux amis sur l'avenue Habib Bourguiba quand des patrouilles "Isuzu" ont débarqué et ont commencé à tabasser les gens présents sur l'avenue en hurlant "Rentrez chez vous". Un policier a ouvert la portière, lui a donné un coup de poing et l'a insulté». La radio précise que «Rym El Banna et ses amis ont été arrêtés durant une heure au ministère de l'Intérieur puis ont été relâchés». A posteriori, c’est la tenue vestimentaire de cette actrice qui a irrité cette nouvelle police endoctrinée par le wahhabisme qatari.   

Ces agressions ont continué avec le cas du mannequin et professeur d’anglais Raafa Ayadi, qui a été agressé et brutalisé par la nouvelle police tunisienne le vendredi 6 juillet. Nous reproduisons ici le témoignage qu’elle a publié sur son profil facebook et que la plupart des journaux et des sites d’informations tunisiens n’ont pas jugé utile de reprendre.

 « A ma sortie, en taxi, j'ai été arrêtée par les flics qui m'ont demandé ma CIN. Ils ont mis du temps à me la rendre alors j'ai demandé au flic la raison pour laquelle il m'a demandé ma carte, ce qui l'a dérangé et a commencé à me parler sur un autre ton. Il y avait d'un coup 4 flics qui criaient et qui ont demandé au taxi d'arrêter le moteur car je n'allais pas rentrer. Quelques minutes après, ils ont décidé de m'emmener au poste. Ils m'ont demandé de monter dans leur partner. J'ai refusé. Ils ont demandé au taxi de les suivre.
A l'arrivée au poste des Jardins de Carthage, il y avait d'autres flics qui m'attendaient comme s'ils avaient capturé un criminel. Ils m'ont demandé d'entrer au poste. J'ai refusé en disant que ma tenue de soirée ne me permettait pas de le faire. J'ai demandé si je pouvais aller me changer et revenir, qu'ils gardent ma CIN. Ils ont forcé la porte du taxi pour me faire descendre. Là j'ai cédé.
Je leur ai alors dit que « 3ib » ce qu'ils faisaient et que je ne leur ai rien fait ni dit et qu'ils avaient ma carte, qu'ils fassent le nécessaire. Ils m'ont répondu que j'ai eu un accrochage avec un flic et que « howa cheki bya » et qu'il faut que yekthou a9weli !!
Le plus agressif d'entre eux, qui a forcé la porte m'a traité indirectement de trainée, et que mé yetcharafech et que s'il avait une sœur habillée kim ena rahou 7ra9ha wala 9talha!!!
Dès que je sois entrée au poste avec le chauffeur du taxi auquel j'ai demandé de m'accompagner, le langage a changé: d'un coup, ils ont commencé à crier, à m'insulter, trabrib wiklem zeyed, et à vouloir me frapper. Ils m'ont agressé, emmenée dans une pièce et menottée!!! L'un d'eux est arrivé, a cassé une chaise, m'a encore insulté et traité de tous les noms puis parti!
Comme koi je suis ivre, 3amlouli ma7ther. Ils étaient 5 dans la pièce, et tous m'accusaient de sokrana, cherba, 7okmetelha il bal3a, bien que j'aie nié avoir bu! Ils m'ont fait signer un truc que je n'ai pas pu lire et m'ont dit "xxx fih"!
J'ai eu la peur de ma vie!

Nous sommes en train de subir une campagne de terreur qui vise à obliger les gens à ne plus boire, à ne plus mettre d'habits osés, à ne plus veiller pour finir par ne plus sortir... Leur seul discours était l'alcool! Leur programme est en marche et les flics sont mille fois pire ».

Non, les flics sont encore très gentils et respectueux des libertés individuelles. Le pire est encore devant nous. Merci les révolutionnaires et vive la révolution du jasmin.

Partager cet article

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires