Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 17:28

Mustapha-Kamel-Nabli.jpg

 

Finalement, et comme il fallait malheureusement s’y attendre, l'Assemblée nationale constituante (ANC) a approuvé hier soir le renvoi du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), décision prise le 27 juin par le président provisoire Moncef Marzouki et approuvée par le gouvernement, lui aussi provisoire, mais que l'ANC devait valider.

Après un long débat houleux, le renvoi du chef de la BCT Mustapha Kamel Nabli a été soutenu par 110 voix pour, 62 contre et 10 abstentions. Lors de son audition à l'ANC, Mustapha Kamel Nabli a dénoncé son limogeage comme une décision politique.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des affaires économiques Ridha Saïdi a motivé mardi soir ce limogeage par le manque d'harmonisation et de coordination entre le gouvernement et la Banque centrale et l'absence de confiance entre les deux parties.

Il a aussi pointé du doigt les retards de la réforme bancaire, une perte de valeur du dinar tunisien, la baisse des réserves en devises et le retard du recouvrement des biens mal acquis par les proches du président déchu.

Les arguments sur mon limogeage sont erronés (...) contraires à la réalité (...) fondés sur des rumeurs, a rétorqué hier le gouverneur de la BCT. « Si une partie de ces justifications était réelle j'aurais présenté ma démission depuis longtemps », a-t-il avancé.

Les raisons sont plutôt de nature politique, le but est une domination partisane étroite sur les institutions du pays, a-t-il lancé devant les élus de l'ANC, une accusation qui vise la coalition au gouvernement dominé par le parti islamiste Ennahda et ses deux alliés de gauche: Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR).

Est ce qu'on veut un retour au régime et au discours totalitaire?, a martelé le gouverneur, en poste depuis janvier 2011 et la révolution qui a renversé le régime du président Ben Ali. Ajoutant que les véritables causes de son limogeage, sont « politiques et en totale contradiction avec l'indépendance de la BCT décidée par l'ANC ».

Il a également fait savoir, au cours d'une séance plénière de l'ANC tenue hier soir au palais du Bardo, et consacrée à l'examen de la décision du président de la République provisoire relative à son limogeage que cette décision « vise à placer sous une emprise partisane l'institution nationale chargée de la politique monétaire et du contrôle du secteur bancaire ».

Mustapha Kamel Nabli devrait être remplacé par Chedly Ayari, 79 ans, un docteur en économie qui a été ministre du Plan à l'époque du père de l'indépendance Habib Bourguiba. Il a ensuite occupé des fonctions dans la diplomatie et été sénateur sous Ben Ali. Mustapha Kamel Nabli est réputé être un défenseur invétéré de l'indépendance de la BCT et un opposant au recours à la planche à billets.

tunisiait

Partager cet article

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires