Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 13:29

 

C’est une affaire de gros sous et les tensions entre Moncef Marzouki et Hammadi Jebali n’est qu’une comédie.

 

tunisie_directinfo_extradition-de-Baghdadi-Mahmoudi_moncef-.jpg

 

Comme on le constate sur cette vidéo, le journaliste de Médiapart affirme, sur la foi des confidences de l’avocat français de Baghdadi Mahmoudi, que le 5 mai dernier, il y a eu une rencontre au restaurant parisien Le Fouquets, entre d’une part cet avocat français (le journaliste de Mediapart ne cite pas son nom, mais il s’appelle Marcel Seccaldi), et d’autre part l’actuel chef des Services secrets libyens, Salim el-Hassi ainsi qu’un certain Ferjani, membre d’Ennahda. Toujours selon ce journaliste de Médiapart, les négociations tournaient autour des clefs des comptes bancaires de l’ancien régime libyens que Baghdadi Mahmoudi détiendrait.

 

 

 

 

 

 

Tout cela est parfaitement exact puisque le mystérieux Ferjani l’a confirmé au journaliste de Médiapart. Mais ce que ce journaliste français ignore, ainsi que l’opinion publique, c’est que Ferjani était l’émissaire personnel de Rached Ghannouchi. En effet, Saïd Ferjani (c’est son vrai nom) est l’homme de l’ombre de Rached Ghannouchi et son homme de confiance depuis 30 ans. Il a vécu auprès de Ghannouchi à Londres toute la période de son exil. Saïd Ferjani était, avec Hammadi Jebali et Chammam, l’un des chefs terroristes impliqués dans les attentats contre des hôtels à Monastir le 2 août 1987 et, surtout, l’un des cerveaux du coup d’Etat que le « Groupe sécuritaire », bras armée du MTI (avant qu’il ne s’appelle Ennahda), comptait faire le 8 novembre 1987 avec déjà la complicité des services américains. C’est pour cette raison que le général Ben Ali a d’ailleurs précipitamment avancé son coup d’Etat au 7 novembre 1987.

 

Saïd Ferjani s’est toujours présenté comme un ancien commandant de l’armée tunisienne. En réalité, c’est un sergent-chef qui a intégré l’école des sous officiers en 1975 après son échec au baccalauréat. Il a passé plusieurs années à travailler à la base militaire de Sidi Ahmed. C’est lui qui s’est déplacé à Londres le 30 octobre 1987 pour rencontrer Salah Karkar et recevoir les dernières instructions pour déclencher le coup-d’Etat islamo-sécuritaire du 8 novembre 1987 que le général Ben Ali a pu déjouer grâce aux services Algériens et italiens. Hammadi Jebali et Moncef Ben Salem étaient évidemment impliqués dans ce coup d’Etat du 8 novembre 1987 à la suite duquel Bourguiba et tous ses anciens ministres devaient être exécutés et l’instauration d’une république islamique devait être annoncée.    

Saïd Ferjani a dû quitter la Tunisie par les frontières algériennes en mars 1989, où il est resté quelques jours en Algérie avant de s’envoler pour Londres, là où le rejoindra Rached Ghannouchi peu de temps après. Depuis, ils ne vont plus se séparer. On les verra ensembles au Soudan avec Hassan Tourabi, au Qatar avec Abbassi Madani et En Afghanistan avec Oussama Ben Laden. Oui, Oussama Ben Laden.  

 

C’est pour dire combien cet homme, Saïd Ferjani, est important dans la structure secrète d’Ennahda. Il a toujours été l’homme des opérations noires d’Ennahda. C’est l’homme de main de Rached Ghannouchi. C’est donc le chef d’Ennahda qui, en accord total avec son ami le libyen Abdelhakim Belhadj, l’un des anciens membres actifs d’Al-Qaïda, qui a envoyé Saïd Ferjani pour négocier à Paris (Le Fouquets), le 5 mai dernier, en vue d’obtenir les clefs des comptes bancaires du régime kaddafiste, contre la remise en liberté de Baghdadi Mahmoudi. On suppose que cette pratique de pirates et de mafieux, et cet argent libyen, Ghannouchi voulait le distribuer aux pauvres de Sidi Bouzid et de Kasserine, et non pas l’ajouter à son trésors de guerre qatari pour réorganiser Al-Qaïda-Maghreb, préparer la guerre civile en Tunisie et s’accaparer définitivement le pouvoir.    

 

Autre secret que nous sommes les premiers à révéler : la soi-disant opposition de Moncef Marzouki qui ne serait pas d’accord avec le premier ministre islamiste, Hammadi Jebali pour livrer Baghdadi Mahmoudi aux autorités libyennes actuelles. Selon notre informateur au palais de Carthage, Moncef Marzouki était tout à fait d’accord avec Rached Ghannouchi et Hammadi Jebali pour répondre positivement à la demande des autorités libyennes. Mais il leur a demandé de trouver une solution discrète pour sauver les apparences. Il aurait textuellement dit à Hammadi Jebali « Je suis connu dans le monde comme un militant des droits de l’homme. Si je perds cette image, je ne pourrai plus vous servir ». Marzouki avait d’ailleurs publiquement déclaré à l’époque qu’il ne s’opposait pas à l’extradition de l’ancien premier ministre libyen, mais qu’il donnera son aval dès que les autorités libyennes l’assureraient qu’ils ne réserveront pas à M.Baghdadi de mauvais traitements.  

 

En effet, les ONG des droits de l’homme et les médias occidentaux n’auraient pas admis qu’un tel « grand militant des droits de l’homme » puisse livrer Baghdadi Mahmoudi à ses tortionnaires libyens qui, depuis la chute de Kaddafi, ont commis en Libye les atteintes aux droits de l’homme les plus atroces et dont personnes ne parle. Moncef Marzouki sait pertinemment qu’une fois passée la période de transition, il n’aura plus aucune chance d’être reconduit à la présidence de la république. C’est la raison pour laquelle, très discrètement, il s’active depuis des mois pour obtenir le prix Nobel de la paix. Or la très grave affaire de Baghdadi Mahmoudi risque de ternir son image et de compromettre sérieusement cette consécration à laquelle il aspire. Si, comme il continue à l’affirmer de façon mensongère, il est contre la livraison de Baghdadi Mahmoudi, pourquoi n’a-t-il pas démissionné maintenant que la victime a été livrée à ses tortionnaires ? Telles sont les dessous de l’affaire Baghdadi Mahmoudi. Une affaire de gros sous, de réseaux islamistes mafieux et de trahison. Et c’est l’image de la Tunisie et la dignité de son peuple qui reçoivent un coup de plus. Un coup qui n’est pas le premier et qui ne sera pas le dernier.  

Partager cet article

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires

Hussein 29/07/2015 10:56

كلّهم متورّطون ومتواطئون في تسليم البغدادي المحمودي الى مليشيات ثوار ليبيا متناسين أنّهم حين كانوا في المنافي لم تسلّمهم الدول التي هربوا اليها في سنوات الجمر الى دكتاتورية البوليس .. ولا غرابة في دناءتهم ونذالتهم حين يتعلّق الامر بالابتزاز والمقايضة الخسيسة التي تدوس قيم الفضيلة وحقوق الانسان مقابل حفنة من المال .. لقد سبق لهم ان باعوا اتباعهم وانصارهم ومن انقذوهم من المشانق الى ماكينة الموت البطيء بعد ان تعاملوا مع اقذر الاوكار المخابراتية في العالم وانخرطوا في اختراق عصابات الجريمة المنظمة المتااجرة بالدين والاخلاق .. تضامنوا مع محمد مرسي وباعوا البغدادي المحمودي واصبحوا يتباكون عليه بعد صدور حكم الاعدام ضده .. ولم يتضامن احدهم مع سيف الاسلام القذافي بعد ان كانوا يتوددون اليه والى ابيه حتى يتوسط لهم لدى المخلوع ليتمكنوا من وضع حد لهجرتهم القسرية في المنافي .. تلك هي اخلاقهم .. وتلك هي مبادئهم في قاموس الانتهازية والمنفعية الفئوية التي جعلت لعنة دماء وجرحى الثورة في تونس تطاردهم وزادت في تعكيرها مواقفهم الدنيئة فيما حلّ من اسى في سوريا من مرتزقة النهضة وسماسرتها في تصدير الارهاب الى الخارج "ليبيا وسوريا" .. واما عن اتباعهم وانصارهم .. فحدّث ولا حرج .. في انتظار ما ستؤول اليه صفقات التوافق في العدالة الانتقالية ..

rachel 29/06/2012 13:40


c'est un article stupide et tendancieux sans fondements ni argumentaires. 


il reflète le niveau de cet espace.

wajih4 29/06/2012 13:15


Vous dites n'importe quoi la wallah. Pour gardez son credibilite et son imparialite, vous devez tacher a au moin, respecter les regle de la  logique et donner des explication propre. Votre
demarcher de reisonnement n'est pas coherente du tout. la ,vous ne faites que Speculer(de manniere grossiere en plus) sa n'a rien avoir avec Analyse et Information.