Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 19:16
Nous dirigeons-nous actuellement vers une nouvelle crise
du secteur bancaire ?

 

crise-degradation-positive-de-la-note-des-banques-francaise.jpgPour moi cela ne fait aucun doute nous allons y avoir droit dans les semaines/mois qui viennent.
Je me suis trompé.
Avec mes vieux réflexes d'avant crise (avant Juin 2007), je prenais comme indicateur de bonne santé du refinancement des banques l'Euribor. Pour rappel, l'Euribor est un taux auquel les banques sont censées empruntées entre elles (taux interbancaire qu'on appelle ça).

 
 

 Seulement la méthodologie de l'Euribor est assez singulière, ce n'est pas un taux mesuré par des échanges mais un taux annoncé par un collège de trésoriers de banques chaque matin à 11h (Paris Time).

Si l'on veut un taux de marché, c'est à dire le prix auquel réellement les banques s'échangent de l'argent, il vaut mieux prendre le taux Swap. Normalement les deux taux devraient être très proches et parfaitement corrélés, ce n'est plus le cas.

Je vous ai illustré ci-dessous l'Euribor 3 mois contre l'Eonia Swap 3 mois (dans la partie supérieure) et j'ai rajouté par gourmandise l'écart en les deux (dans la partie inférieure), vous pouvez cliquer sur le graphe pour l'agrandir.


On se rend bien compte qu'en 2008 (première crise bancaire et faillite de Lehman) le collège de banquier a bien dû être embêté lorsqu'il fallut annoncer des taux qui s'envolaient signifiant simplement que les banques ne se prêtaient plus d'argent. C'est à ce moment précis que l'Euribor a perdu toute sa crédibilité d'indicateur fiable, le 28 août 2008 (RIP).

Une nouvelle ère, celui des prêts "secured"
Depuis les banques ne se font plus confiances pour se prêter de l'argent sans "caution" en anglais on dit "unsecured". Pour retrouver un nouvel indicateur fiable il faut donc se tourner vers des taux pratiqués entre banques pour des prêts "secured" c'est à dire nantis par un actif. Cela s'appelle le REPO.

Il existe le taux REPO 1 jour, 1 semaine, 1, 3, 6, 9 mois et 1 an. Selon toute logique emprunter à 1 an doit coûter plus cher qu'emprunter à 1 semaine. La courbe doit donc être croissante. Si ce  n'est pas le cas c'est un gros problème car cela veut dire que les banques ne se faisant plus confiance pour se prêter de l'argent à 1 an vont uniquement se prêter de l'argent à court terme (<3 mois) et donc faire monter les taux courts.

C'est exactement ce qui est en train d'arriver.

Voici la courbe des taux REPO Euro le 1er janvier 2012 (le lendemain du LTRO qui a abreuvé de cash le système bancaire européen).

Une bien jolie courbe bien croissante (oubliez le 1er point qui est le 1 jour et qui n'est pas significatif).

Voici à présent la même courbe il y a de cela 1 mois (les LTRO commencent à être assez loin, le système a à nouveau besoin de cash tel un junky sa dose).


Tient, elle est étrange cette courbe, bien pentue pour des emprunts >2 mois mais en dessous...c'est à l'envers. Mazette ne me dites pas que... (c'est le drame).

Mais à quoi ressemble cette fameuse courbe ce matin ?


C'est pas glorieux, c'est même trés inquiétant. La courbe est complètement inversée. Rangez veaux, vaches, cochons, enfants et femmes ça va tanguer, les banques n'arrivent plus à emprunter.

Rendons la chose plus dynamique regardons l'écart de taux entre un emprunt 1 an et un emprunt 1 semaine depuis...ben depuis la première injection de LTRO par exemple !


Ce n'est pas assez lisible, regardons la différence entre les deux...et là tout s'éclaire !


Les banques sont des droguées en recherche de leur injection de cash. Elles en ont déjà eut 2, la première de 486 milliard d'€, la seconde de 529 milliards d'€. La première a fait sentir ses effets positifs durant 1 mois seulement, la seconde durant 2 mois et demi. Nous sommes revenus à l'état de manque de mi-décembre, un manque aiguë.

Il va probablement se passer quelque chose car la situation est difficilement tenable.
margincall

Partager cet article

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Actualités
commenter cet article

commentaires