Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 11:48

 

L’air est mauvais. Les Beignets de Sidi Bou n'ont plus de goûtLes vendeurs de jasmin ont disparu. Les rues sont silencieuses. La diseuse de bonne aventure ne passe plus, le rémouleur aiguiseur de couteaux non plus. Vive la révolution !


ftair.jpg

 


 

Quand dans "Le Canard enchainé", Claude Angeli, maître de la profession, ....

....évoque le risque de guerre civile, ce n’est pas pour faire sourire ses lecteurs.
Quand Laurent Joffrin, du "Nouvel Obs" dénonce l’offensive du fascisme vert, c’est qu’il craint l’irréversible.
Quand Yadh Ben Achour, sommité de l’université prédit :«si cela continue, même le bon Dieu ne voudra plus de la Tunisie !», il traduit la rage et la désillusion de la population.
La Tunisie est en plein désarroi.

A Mahdia, deux petits gars écervelés dénigrent le prophète sur la toile. Un voisin grincheux dépose plainte : procès, 7 ans de placard ! L’un des comparses a pris la fuite, il vient d’obtenir l’asile politique en …Roumanie. Pour les anars de Tunisie, le vent est chaud !

 

Pour les artistes aussi. Une sculpteuse et un peintre aux œuvres pertinentes attendent sans grand espoir que la loi de la révolution abolisse l’article du code pénal qui risque de les emprisonner pour cinq ans.

A Redeyef, ville minière du Sud Ouest, la population se débarrasse des édiles. Maire, délégué, commissaire, juge…allez oust dégage ! Le commandant de la garnison et ses hommes - qui ne se mêlent jamais des affaires civiles - sont épargnés. Comme au bon vieux temps d’avant la colonisation, les familles de notables ont repris les affaires publiques en main. La justice n’est pas contestée, pas plus que les décisions délibérées par la communauté des gens de bon sens.

A Bizerte Jamal Gharbi conseiller régional français de la Sarthe venu bronzer sur sa terre de naissance se fait agresser par des bipèdes barbus au seul motif qu’il est binational, donc traître, donc apostat. Indifférents, les passants scrutent le ciel et la police fait la circulation. L’élu s’en tire avec des contusions et un œil au beurre noir. Paris proteste énergiquement. - Il est en effet inadmissible qu’un Français soit ratonné par des Arabes ! C’est le Monde à l’envers ! - La Tunisie présente des excuses poliment. Ouf ! La seconde guerre de Bizerte n’aura pas lieu.

A Tunis, un collaborateur du Président de la République est traduit devant un tribunal militaire pour avoir osé critiquer la posture déloyale de la chaîne de commandement. L’empêcheur de tourner en rond dénonce aussi la connivence entre les vieux chefs militaires et les jeunes ministres islamistes. L’individualisme prime sur l’intérêt national, dit-il avant de s’en retourner outre mer vers son travail d’immigré désappointé.

 

A la Chebba, la population se soulève. Le poste de police est assiégé, la permanence du parti islamiste Ennahdha est incendiée. Nuit d’émeute. Au petit matin, la troupe cerne la ville. Indifférents aux désordres, trois pochetrons étendus sur la plage finissent de lichetrogner une caisse de bière en grignotant des graines de melon. En silence, le regard fixé vers le large. «Immolation ou noyade ? That is the question !»

A la Hencha et Agareb, les hommes s’assemblent dans les oliveraies centenaires, à l’abri des haies de cactus. Assis sur leurs talons, ils font cercle autour d’un vieux qui raconte l’épopée de Farhat Hached et de Hedi Chaker. Le thé rouge est épais. Entre deux aspirations du liquide brûlant les mots sont lourds d’allusions. Les Sfaxiens sont secrets, laborieux, patriotes. Aucune page de l’histoire de la Tunisie ne s’est jamais écrite sans eux.

 

A l’Ariana, à un feu rouge, une jolie femme le coude à la portière se fait insulter par deux salafistes : «tu n’as pas honte de t’exposer en cheveux ! Créature du diable, va te voiler !» La fille au sourire imperturbable fouille dans son sac, descend de voiture et asperge les olibrius avec un aérosol pas plus grand qu’un tube de rouge à lèvres. Concert de klaxons, applaudissements, l’héroïne qui a mis en fuite les barbus larmoyants est chaleureusement félicitée.

En Tunisie, tout est surprenant, tout est inquiétant.

 

L’air est mauvais. Les vendeurs de jasmin ont disparu. Les rues sont silencieuses. La diseuse de bonne aventure ne passe plus, le rémouleur aiguiseur de couteaux non plus. Seul le vendeur de figues de barbarie a survécu. Le présage n'est pas bon. Même la libido des machos est morose, au point que le gouvernement islamiste –sans doute alerté par la Ministre de la femme complémentaire - vient contre toutes attentes d’accorder l’autorisation de vente du Viagra.

Le pays de la joie de vivre sombre de jour en jour dans la sinistrose. Les blagues tombent à plat. Le rire et la dérision se pratiquent sous le burnous ou à l’abri de l’ordinateur devant les messages et les dessins hilarants de «Z», blogger aux multiples talents qui demeure résolument anonyme. Un sage !

Allez sur son site Debatunisie.com Et aussi pour comprendre, sur Fhimt.com

 

Mais rassurons les tour-opérateurs et les estivants ; le pire est incertain, la guerre civile est improbable car on annonce l’inauguration du premier McDo. (Hallal bien sûr !) 
Or, de mémoire de géo-stratège, la seule fois où des coups de feu ont été tirés aux abords de l’enseigne du clown Ronald Mc Donald, c’était au Koweït, en 1990. Les Irakiens s’en souviennent encore. Les Américains, aussi.
Alors, il faut confiance garder.

Le Pentagone saura préserver le Big Mac tunisien des noyaux d’olives. Inch’Allah !

H Belhassine

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires