Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 13:43

 

Révélations dangereuses du  ministre tunisien des Finances, Houcine Dimassi,qui  a présenté sa démission en raison de divergences politiques avec le gouvernement dirigé par l'islamiste Hamadi Jebali 


dimassinah.jpg


Premiere raison :Rached Ghannouchi et  le gouvernement Jebali sont  sur le   point de permettre  à plus de 20 mille ex-prisonnier politique, dont la plupart appartiennent au mouvement Ennahda, une compensation financière énorme approuvée par le gouvernement pour leur souffrance à l'ère de Ben Ali. La valeur de la compensation s'élève à environ 750 milliards  notant que cette somme aurait de graves répercussions sur la politique budgétaire, étant donné que ce montant sera retiré du système de réserve.

 

La deuxième raison : Une  transaction financière derrière le processus de remise de l'ex Premier ministre libyen Baghdadi al-Mahmoudi 

 

La troisième raison :refusant le limogeage injuste du  gouverneur de la  banque centrale, Mustapha Kamel Nabli

 

Dans une déclaration écrite dont l'AFP a obtenu copie, M. Dimassi, qui était l'un des rares indépendants à siéger au gouvernement, a expliqué sa démission par des "désaccords grandissants" avec le gouvernement en matière de politiques économique, monétaire et sociale.
M. Dimassi a dénoncé la "politique électoraliste de la plupart des membres du gouvernement" qui a pour conséquence, selon lui, de faire "exploser les dépenses de l'Etat".
Ces "dérapages" ont, d'après lui, pour "objectif de gagner la sympathie de certaines catégories sociales dans la perspective des prochaines 
élections".
M. Dimassi explique également sa décision par son opposition à un projet de loi soumis à l'Assemblée nationale constituante en vue de la réhabilitation et de l'indemnistation de Tunisiens ayant été notamment injustement incarcérés sous l'ancien régime.
Le parti islamiste Ennahda, auquel appartient M. Jebali, a soulevé la controverse en réclamant une indemnisation pour ses partisans et dirigeants opprimés sous l'ancien président Ben Ali, au même titre que les "martyrs de la révolution" qui a chassé ce dernier du pouvoir en janvier 2011.
"Ce projet nécessite des dépenses supplémentaires considérables, compte tenu du nombre important de bénéficiaires potentiels", et ce "au détriment de la situation économique et financière difficile", écrit le ministre démissionnaire.
Dans sa déclaration, cet économiste a aussi dénoncé la manière "arbitraire" et "injuste" avec laquelle le gouverneur de la Banque centrale Mustapha Kamel Nabli avait été limogé et remplacé cette semaine par Chedly Ayari.
En juin dernier, le ministre de la Réforme administrative (Congrès pour la République), Mohamed Abbou, avait démissionné pour protester contre des entraves présumées dans la lutte contre la corruption dans l'administration.

Lire aussi:


La livraison de Baghdadi Mahmoudi a été décidée par Rached Ghannouchi en personne.

 

afp

Partager cet article

Repost 0
Published by kaiser ben kaiser - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires

Montagui 08/11/2013 09:20


Et nous aurons-nous une compensation suite au souffrance qu'il nous inflige. Ras le bol de cette bande d'ignare et d'affamée.